Vroum vroum dans ta gueule. Voilà qui pourrait résumer ce film emblématique de 1979. Et je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à ça ! Je n’avais quasiment vu des images de films suivants, bien plus versés dans le post-apocalyptique et l’extravagance que celui-là. À tel point que l’on peut légitimement se poser la question, tout le long du film, si l’on est réellement dans un univers post-apo. Mais après réflexion, c’est peut-être là sa force : un entre-deux trop peu souvent représenté, et pas si loin de ce que l’on vit…