À l’annonce de la série, force est d’avouer que j’ai été déçu. Le design ne m’emballait pas, la série de 1987 prenait des libertés qui n’étaient globalement pas géniales, et on n’a jamais eu d’adaptation animée de La Jeunesse de Picsou. Heureusement, voyant les bonnes critiques de l’épisode 1, je me suis laissé tenter, parce que bon, Picsou c’est une partie non négligeable de ma vie.

23 épisodes plus tard, voilà qu’elle entre aux panthéons de mes séries préférées. Certes, la série prend énormément de libertés par rapport au canon Barks-Rosa, mais c’est toujours pour le meilleur. Les personnages ont une personnalité extrêmement marquée, le nouveau personnage principal, Webby, est une formidable réussite, et l’un des plus attachants.

L’histoire prend également des libertés, tout en se basant sur ce qui est classique. On a par exemple le château de McDuck ou des secrets sur la mère des neveux. On alterne d’ailleurs des épisodes plus classiques stand-alones (avec des éléments qui ont tendance à revenir ou être mentionnés dans d’autres épisodes) et des épisodes où l’histoire propre à la série est particulièrement développée, principalement sur la fin. Les premiers sont particulièrement divertissants, les seconds sont prenants, touchants, somme toute excellents.

DuckTales version 2017 est une série qui est donc divertissante, qui sait développer ses personnages, raconter une histoire surprenante et originale, le tout avec une qualité d’animation quasiment irréprochable, tout en faisant référence à différents éléments qui parleront aux fans. Comment alors ne pas avoir un immense coup de cœur ?