Je ne suis pas sûr qu’il soit nécessaire d’écrire sur un film qui est aussi culte, cependant le concept même de ce blog est de ne pas faire d’exception et de parler de tout.

Ici donc, Takahata nous livre une tranche de vie exceptionnelle. Dans un style graphique et sonore irréprochable, la guerre est représentée du côté des habitants, et plus particulièrement de deux enfants. On suit ainsi leur parcours tumultueux dans une période sombre de l’histoire, à travers différents tableaux, qui racontent chacun un petit bout de vie.

Un film humain, magnifique et tragique, une sublime horreur en somme.