Mazinger Z. L’un des pères fondateurs du Super Robot japonais, l’une des sagas les plus populaires des années 70, qui rayonne encore aujourd’hui. Comment ne pas être curieux de ses origines, et d’aller explorer le manga fondateur ?

Au départ, Mazinger Z arrive à allier le principe du monster of the week avec une surenchère permanente qui ne lasse jamais. Les ennemis deviennent constamment plus forts, qu’à cela ne tienne, rien n’arrête le progrès ! Mazinger Z possède désormais une nouvelle arme surpuissante. Et la narration derrière arrive à progresser dans cette structure, ce qui n’est pas toujours évident. On se retrouve avec un shounen bien ficelé jusqu’à ce que… le drame.

En effet, suite au retentissant succès de l’adaptation anime, Go Nagai se mettra en retrait pour se concentrer sur Devilman. Si on ne lui en tient pas rigueur, les deux derniers tomes ne sont pas au niveau et la fin en apothéose n’arrivera jamais. Avec son seul tome, Great Mazinger, qui pose malgré tout des concepts intéressants, n’arrive pas à procurer le même engouement que les deux premiers tiers de Mazinger Z.

En somme, des œuvres fondatrices, qui souffrent de défauts, certes, mais que nous pouvons remercier pour ce qu’elles ont apporté au genre, et continuent à donner des adaptations de qualité à ce jour. Mazin! GO!