Bon. Je peux passer outre le fait que le gameplay soit très limité voire inexistant, et inintéressant lorsqu’il existe, après tout, c’est la marque de fabrique de David Cage/Quantic Dream. Mais même en prenant ce jeu comme un film interactif, il est difficile d’y trouver une quelconque qualité.

L’écriture est absolument catastrophique. S’il y a quelques bonnes idées, tout est convenu et généralement mal amené. Pour un auteur qui se vante de vouloir apporter de l’émotion dans le jeu vidéo, la seule qu’il m’aura procurée est celle du facepalm (comment ça, ce n’est pas une émotion ?).

Les choix du jeu n’ont vraiment aucun impact notable. Jodie, l’héroïne, est obligée de subir les choix de son auteur, et non pas du joueur, notamment sur les relations amoureuses. J’ai systématiquement repoussé tous les hommes inintéressants sur lesquels elle pouvait crusher sans aucune raison valable, mais elle voulait quand même sortir avec. Quelle liberté de choix pour le joueur !

D’ailleurs, le jeu peut se jouer à deux, et c’est comme cela que j’ai vécu l’expérience. Et ça remet en perspective A Way Out, parce qu’ici, on attend chacun son tour pour jouer. Au moins, il y a quelqu’un à côté de nous pour supporter les idioties du jeu. En somme, on tient probablement là une des pires œuvres que j’ai touchées de l’année, si ce n’est la pire.