Isle of Dogs est un film de Wes Anderson, qui illustre une nouvelle fois ses talents de réalisateur atypique. Entièrement réalisé en stop-motion, son esthétique subjugue et convainc instantanément. Petit bémol à ce propos tout de même, puisque les trois quarts du film se déroulent dans l’environnement le plus terne du film.

Malheureusement, malgré le très bon moment que l’on passe devant, il y a plusieurs points qui m’empêchent d’adorer ce film autant que je le voudrais. En effet, de nombreuses choses sont abordées, mais elles ne sont que rarement abouties. Par exemple, une jeune fille essentielle à l’intrigue n’apparaît que très peu alors qu’on aimerait en savoir beaucoup plus sur elle (et il y aurait eu un personnage féminin pour de vrai qui dit des choses, aussi…). Le rythme est également étrange, et en sortant de la salle après une fin prévisible, on se dit qu’il y aurait fallu quelque chose en plus.

En conclusion, un joli film étonnamment découpé et narré qui aurait probablement mérité de s’attarder sur d’autres choses et moins sur d’autres pour gagner en qualité. Mais il ne faudrait pas le bouder pour autant !